Changer une fenêtre

Sommaire

Une fenêtre équipée de vitrages simples n’est pas assez isolante. Sans doute n’est-elle pas non plus très étanche à l’air ou capable de faire barrage aux bruits extérieurs… Il n’y a alors pas d’autre choix que de la remplacer. Si son dormant (cadre solidaire de la maçonnerie) est encore en assez bon état, le plus simple est d’opter pour une fenêtre de rénovation.

Voici les étapes à suivre pour changer une fenêtre.

 

 

Zoom sur la fenêtre de rénovation

L'ouvrant d'une fenêtre de rénovation est en tout point similaire à celui d’une fenêtre conventionnelle en matière de performances et de confort.

Son dormant, en revanche, est particulier car il est conçu pour venir recouvrir celui d’origine. Cela simplifie considérablement la pose puisqu’il n’est alors plus nécessaire de retirer le dormant d’origine. Inutile de passer du temps à localiser et à découper ses fixations (pattes de scellement) ni à refaire la décoration intérieure.

Lire l'article

Toujours fabriquée sur mesure, une menuiserie de rénovation ne peut être échangée en cas d’erreur… Cela implique donc une prise de cotes très précise. Cette dernière diffère un peu de celle d’une menuiserie conventionnelle. Hauteur et largeur sont en effet à relever chacune en deux points au nu intérieur du dormant (et non pas en tableau). En cas de différence, c’est la valeur la plus petite qui est retenue.

Bon à savoir : les fenêtres d'aujourd'hui sont toutes conçues pour être étanches à l'air. Il vous faudra donc revoir la ventilation de votre logement en conséquence pour échapper aux inconvénients d’un renouvellement d’air insuffisant (humidité excessive, odeur de renfermé…).

Lire l'article

Notez également que changer vous-même vos fenêtres signifie que vous ne bénéficierez pas :

  • de la garantie décennale : en cas de problème vous n'aurez aucun recours ;
  • de la TVA réduite à 5,5 % ;
  • du crédit d'impôt ;
  • de l'éco-prêt à taux zéro.

1. Prenez les cotes

Ouvrez le ou les vantaux de la fenêtre à remplacer et, à l’aide d’un mètre ruban, mesurez :

  • la hauteur d’une traverse à l’autre du dormant (H1) ;
  • la largeur d’un montant à l’autre (L) ;
  • l’épaisseur hors tout du dormant (E) ;
  • la hauteur d’allège (écart entre le bas de la traverse inférieure et le sol intérieur : H2).

Attention : les hauteur et largeur du dormant sont mesurées à l’extérieur des feuillures et non au fond de celles-ci. Relevez également les cotes aux 2 extrémités des traverses et montants.

2. Déposez l’ouvrant d’origine

  • Déposez l’ouvrant d’origine. S'il résiste, faites levier avec un pied de biche (ou un burin) à partir de la traverse basse du dormant.
  • Dévissez ses paumelles ou découpez-les à la meuleuse si vous n’y parvenez pas.
  • Déposez les gâches des crémones ainsi que tout autre élément formant une saillie sur le dormant (piton, crochet, support de tringle à rideaux…).

Bon à savoir : les vieilles fenêtres ont souvent été peintes de nombreuses fois avec le minimum de démontage. En conséquence, c’est tout juste si l’on aperçoit encore les vis… Grattez leurs têtes à la brosse métallique puis dégagez leur empreinte (droite) avec la lame d’un tournevis, en frappant à petits coups sur son manche.

3. Installez les dormants

Préparez l’ancien dormant

  • Nettoyez à fond l'ancien dormant à l'aide d'une brosse.
  • Séparez le nouveau dormant de son ouvrant et présentez-le sur l'ancien pour vérifier qu’il s’adapte correctement. Si ce n’est pas le cas, il vous faudra rectifier légèrement l'ancien, éventuellement en faisant sauter le bord de sa feuillure inférieure au ciseau à bois (ou à l’outil multifonctions).
  • Après un ultime essai, retirez le nouveau dormant et appliquez une lasure d'imprégnation (fongicide et insecticide) sur l’ancien.

Calez le nouveau dormant

  • Le nouveau dormant est en principe fourni avec de petites cales. Si ce n'est pas le cas, taillez-en quelques unes dans un champlat, une baguette ou autre chute de bois…
  • Disposez-les derrière les axes des paumelles pour ajuster la position du dormant par rapport à la surface intérieure du mur.
  • Ajustez la verticalité, l'horizontalité et l'équerrage du dormant (mesurez ses diagonales) en jouant sur ses vis de réglage. Puis installez les vis de fixation sans les bloquer.

4. Posez le nouvel ouvrant

  • Installez l’ouvrant et vérifiez qu’il se ferme normalement.
  • Revérifiez le bon positionnement du dormant et serrez définitivement ses vis de fixation.
  • Retirez ensuite les cales.
  • Si l'intervalle dormant-mur (intérieur) ne mesure pas plus de 5 à 7 mm de large, comblez-le avec un joint de mastic en silicone.
Consulter la fiche pratique
  • S'il est plus grand :
    • Utilisez d'abord un fond de joint puis le mastic.
    • Ou appliquez uniquement de la mousse expansive, à retailler au cutter après 1 h de séchage.
Consulter la fiche pratique

5. Réalisez les finitions de votre fenêtre

  • Posez les habillages du nouveau dormant. S’il s’agit de champlats (en bois), coupez-les à la scie à onglets. Fixez d’abord les deux verticaux puis les deux horizontaux avec de fines pointes à tête d’homme.
  • Pour finir, déposez un cordon de mastic au ras du pourtour extérieur du dormant, côté tableau.

Ces pros peuvent vous aider